Archives de Catégorie: Hugo

Le web : de la franche info ?

Depuis 1992 et la quasi-inexistance d’internet, le dévoreur d’informations et le fan de nouvelles technologies que je suis a fait du chemin.

Entre 1997 et 2001, au Sénégal, le web n’était pas la source de toutes mes préoccupations.
Autant dire que ma relation complexe avec le web commence en 2001, avec quelques temps de retard sur le reste des gens, normaux, eux.
Comme la majorité des adolescents de l’époque, je faisais chauffer un compte MSN (voire deux, d’ailleurs : sans doute le début de ma schizophrénie…) et éventuellement une adresse e-mail de temps à autres.
Au début il fallait minuter ces interventions sur la grosse machine posée sur le bureau, puis l’ADSL est apparue. Révolution ? Pas pour moi, pas encore en tout cas.
Le puit d’informations que constituait le web devenait de plus en plus profond, tandis que la grosse machine devenait moins grosse, plus discrète, mais aussi plus puissante.

Puis l’accès au web est devenu plus facile, notamment avec l’évolution de mes iPods. Le tactile et le wi-fi sont apparus au même moment chez la marque à la pomme, pour mon grand bonheur : mon premier iPod Touch me permettait d’avoir ce contenu, infini, dans ma poche.
C’est là que commence vraiment mon admiration pour le web. Je me suis créé un carnet d’«adresses» à consulter régulièrement : du Monde à L’Équipe en passant par des sites de geek, j’avais alors de quoi boucher les temps morts de mes journées. Dans ma poche.

Une explosion d’informations, qu’il aura fallu apprendre à voir d’un œil critique

Depuis ces débuts, difficile de décrocher. Mes centres d’intérêt ont largement influé mon parcours du web : d’abord le cinéma, la musique, les dernières technologies ou encore le sport m’ont fait découvrir Imdb, Deezer, le Journal du Geek et Eurosport.
Puis j’ai réalisé qu’internet existait aussi dans les autres pays : peut-être que les langues qu’on nous enseigne servent à cela, finalement…Donc, direction le monde entier : CNN, le New York Times, Engadget ou Presse-Citron pour les geeks, le site du Time Magazine. On apprend l’anglais pour le lire, et on l’apprend en le lisant. Tout bonus donc.
Mais attention : il a falllu filtrer tout ça. Parce que c’est bien beau le New York Times et Le Monde, mais au milieu pouvaient se glisser quelques sites malveillants, qui désinformaient à tout va. C’est en multipliant les sources d’informations que j’ai éveillé un sens critique qui tardait à se montrer.

La journée-type

Aujourd’hui, je me réveille avec France-Info (en streaming sur mon iPad). Je m’étais couché en surfant à droite et à gauche (surtout à gauche d’ailleurs). Vérifiant les dernières rumeurs d’inovations technologiques, les dernières dépêches du Monde.
À travers une journée entière, les supports que j’utilise varient : smartphone, tablette, ordinateur…Chacun ayant une fonction bien définie.
Le smartphone permet de recevoir les e-mails instantanément, d’y répondre rapidement. Ou encore de recevoir des notifications «utiles», à n’importe quel moment. C’est bien là toute la différence avec l’ordinateur, qui fonctionne en quelque sorte «en différé» : inutile de compter sur lui pour être à jour au niveau de la messagerie.
Son utilité réside plutôt dans le confort du clavier et de la taille de l’écran, pour visionner vidéos, travailler dans le cadre des études.
Dans une formation comme SRC, internet est devenu non seulement essentiel, mais davantage encore, indispensable.

Mais c’est surtout mon rapport avec l’information qui profite des avancées technologiques qu’ont été l’apparition de la 3G, du wi-fi : la possibilité de savoir tout, tout le temps a sans doute été un rêve pour les gens pendant longtemps. Notre problématique aujourd’hui est d’avoir cette information encore plus vite, et qu’elle soit plus facile à cibler. On pense dicter aux moteurs de recherche nos volontés, mais on en subit plus souvent la loi. Loi que l’on approuve, bien malgré nous, en continuant à utiliser ces outils, devenus indispensables. Cercle vicieux ? Livres et encyclopédies ont souffert de la flemme intellectuelle qui nous pousse à cliquer, plutôt que de tourner des pages…

Publicités

J’aime la vie, le cinéma, la musique ;

New York City, Paris, les photographier ;

J’écris depuis SRC ;

Juste avant, j’étais lycéen. D’abord aux USA, puis dans le 74 ;

Ensuite j’étais collégien : pas très intéressant ;

Ce qui est venu avant, le Sénégal, plus passionnant ;

Avant j’étais petit, j’avais déjà les yeux vairons.

etoniP-tubiS oguH